8ième édition du festival du cinéma du sud du 14 novembre au 14 décembre 2017 dans tout le pays

Attention ! Cette année, le Cinéma du Sud se décentralise et va à la rencontre du local ! En reprenant le thème de l’édition précédente mais en lui donnant un nouveau souffle « ACT NOW! Reloaded! Global verstoen, lokal agéieren », le Cinéma du Sud aborde le développement durable à travers des thèmes de la consommation, de la paix, de l’emploi, de l’éducation, du genre, de la biodiversité, de l’eau, de l’inégalité, de la faim et du changement climatique.

Cette année, AEIN co-organisera 4 soirées du festival:

Mardi 14 novembre à 19h30 au CNA : Nothingwood

Soirée d’ouverture du festival

Réalisation: Sonia Kronlund – 2016

Durée: 85 min. VO dari, sous-titres en français. Documentaire.

Synopsis : À une centaine de kilomètres de Kaboul, Salim Shaheen, l’acteur-réalisateur-producteur le plus populaire et prolifique d’Afghanistan, est venu projeter quelques-uns de ses 110 films et tourner le 111e au passage. Ce voyage dans lequel il a entraîné sa bande de comédiens, tous plus excentriques et incontrôlables les uns que les autres, est l’occasion de faire la connaissance de cet amoureux du cinéma, qui fabrique sans relâche des films de série Z dans un pays en guerre depuis plus de trente ans. Nothingwood livre le récit d’une vie passée à accomplir un rêve d’enfant.

La projection sera suivie d’un débat avec le public.

La soirée d’ouverture du « Cinéma du Sud 2017 » est organisée par toutes les ONG du consortium.

 

Mardi 21 novembre à 19h30 au Kinosch : Futur d’espoir

Réalisation: Guillaume Thébault – 2016

Durée: 94 min.  VO française, sous-titres en anglais. Documentaire.

Synopsis : « Guillaume Thébault est allé à la rencontre de celles et ceux qui font vivre la souveraineté alimentaire et le droit à l’alimentation. Il faut lui dire bravo. Son film intelligent va participer  à l’éveil des consciences. » – Jean Ziegler

Au moment où le monde agricole est frappé de plein fouet par des problèmes économiques et environnementaux, le documentaire souhaite apporter des alternatives, qui selon les personnes

interviewées, se présentent comme des solutions aux systèmes agricoles actuels.

La projection sera suivie d’un débat avec le public.

Soirée organisée par: Aide à l’Enfance de l’Inde et du Népal, Caritas Luxembourg, Fondation Chrëschte mam Sahel, Frères des Hommes et SOS Faim

 

Mardi 12 décembre à 19h30 au CNA & jeudi 14 décembre à 20h15 au Ciné Sura :

Urmila: My Memory is my Power (en présence d’Urmila Chaudhary)

Réalisation: Susan Gluth – 2016

Durée: 87 min. VO népalaise et anglaise, sous-titres en allemand. Documentaire.

Synopsis: At the age of 6, Urmila Chaudhary was sold by her family as a household slave. The deep-rooted traditions of bondage continue to keep the people in southern Nepal in abject poverty.

She was eventually freed at the age of 17. Since then, she has been trying to find her own way in life. The intimate and touching portrait follows Urmila’s quest for justice and her dream to end child slavery in Nepal. First she must break through the control of those around her and fight against the inner demons of her past to begin to make her own life choices.

Soirée organisée par: Aide à l’Enfance de l’Inde et du Népal, Fondation Follereau et SOS Villages d’Enfants Monde

Une délégation népalaise viendra spécialement du Népal pour un débat avec le public après la projection du film. Nous aurons l’honneur de recevoir Urmila Chaudhary, actrice principale du film, accompagnée de Monsieur Man Bahadur Chhetri, représentant de la « Nepal Youth Foundation » et Madame Dil Kumari Chaudhary, présidente de l’association népalaise « Freed Kamlari Development Forum ».

Le programme du festival est disponible sur https://cinemadusud.wordpress.com/ et http://aein.lu

 

Print Friendly, PDF & Email