AEIN face à la crise du COVID-19

La pandémie du COVID-19 a touché de plein fouet les bénéficiaires de nos projets en Inde et au Népal, et nos activités d’éducation au développement au Luxembourg.

Sous le coup d’un confinement très strict depuis fin mars, des centaines de millions d’Indiens et de Népalais déjà les plus déshérités font face à des difficultés extrêmes. Sans argent ni emploi ni nourriture, ils se battent chaque jour encore plus pour survivre. « Mourir de faim est bien pire que d’attraper le virus », nous racontent certains de nos bénéficiaires dans le district de Bhaktapur, au Népal. C’est la première fois dans les 50 ans d’histoire d’AEIN que nous sommes confrontés à une telle situation d’urgence menaçant la sécurité alimentaire de la quasi-totalité de nos bénéficiaires dans nos deux pays d’intervention.

Certaines bonnes nouvelles nous parviennent quand-même : ainsi, les coopératives agricoles que nous mettons en place depuis trois ans au Telangana et en Andhra Pradesh (Inde) se retrouvent soudainement sous les feux de la rampe, mandatées par le gouvernement pour l’approvisionnement des communautés locales et des grandes villes alentours.

Au Luxembourg, toutes nos activités de sensibilisation et d’éducation au développement sont à l’arrêt depuis mi-mars. Malheureusement, la venue fin avril d’un groupe de jeunes Indiens tribaux a dû être annulée et leurs représentations de théâtre d’action reportées à l’année prochaine.

Même si l’impact de la crise sur nos rentrées de dons est difficilement prévisible, AEIN a décidé de débloquer une enveloppe d’urgence de 75’000 Euros pour appuyer ses 18 partenaires en Inde et au Népal dans leurs efforts d’aider, dans un premier temps, plus de 6’300 familles, en leur distribuant nourriture et kits d’hygiène. Les familles seront également sensibilisées aux mesures de distanciation sociale et d’hygiène directement dans les villages ou au travers d’émissions radio en langue locale.

A situation exceptionnelle, montage exceptionnel : pour la première fois, AEIN a déposé au service humanitaire du Ministère des Affaires Etrangères et Européennes une demande de soutien unique pour un projet couvrant tous ses partenaires et tous les bénéficiaires dans les deux pays.

En ces temps incertains, nous essayons avec nos moyens limités d’aider au mieux nos partenaires dévoués et expérimentés, même si cela peut sembler être une goutte d’eau dans l’océan vu le nombre de personnes touchées. Si la situation devait durer, nous devrions également adapter la stratégie de nos projets de développement en cours, pour répondre au mieux aux nouveaux besoins des populations marginalisées en Inde et au Népal.

A travers nos actions de sensibilisation et d’éducation au Luxembourg, nous continuerons à soutenir les acteurs et les institutions culturelles avec lesquelles nous travaillons, elles qui traversent aussi une période très difficile.

Face à une crise humanitaire, la solidarité est la seule voie pour que chacun, ici et là-bas, continue à avancer dignement. Nos partenaires et bénéficiaires font preuve d’un courage et d’une bienveillance hors normes ; AEIN fait tout pour être à la hauteur, et nous encourageons le Luxembourg à être au rendez-vous.

Print Friendly, PDF & Email