Campagne pour assurer le droit à l’éducation pour tous les enfants

Objectif

Garantir les droits des enfants dans 50 villages des districts de Keonjhar et Mayurbhanj en intégrant tous les enfants dans le système éducatif et en mettant en place un mouvement dirigé par la communauté pour défendre les droits des enfants.

Où?

Le programme se déroule dans 25 villages du district de Keonjhar, et 3 villages plus 22 hameaux du district de Mayurbhanj, 2 districts voisins, dans l’Etat de l’Odisha, Inde

Quoi?

  • au sujet de l’éradication du travail des enfants: organisation d’un camp de 7 jours pour 100 anciens enfants travailleurs, enfants ayant interrompu leur scolarisation, etc.; organisation de sessions de motivation des parents, enfants et enseignants; établissement de 34 centres pour les droits des enfants; soutien pour l’acquisition de matériel didactique; organisation de formations pour 135 fonctionnaires et membres des autorités gouvernementales; organisation de réunions régulières pour 34 clubs pour les droits des enfants; organisation d’une formation professionnelle pour 50 adolescents (15 – 19 ans); mise en place d’une éducation de qualité dans 33 écoles villageoises et organisation de deux ateliers de lobbying pour les enseignants et fonctionnaires responsables; organisation de réunions régulières des comités pour la protection des enfants; organisation de formations pour les membres de ces comités pour la protection des enfants; organisation d’un atelier de lobbying et de sensibilisation au niveau du district et au niveau de l’Etat
  •  au sujet de l’émancipation des femmes: organisation de réunions mensuelles pour 37 organisations de femmes; organisation d’une formation pour 80 mères au sujet des droits des enfants et la question du genre; organisation de formations au sujet de programmes de génération de revenus pour les membres de 10 organisations de femmes; organisation d’une campagne et création d’un journal mural contre la violence domestique, contre le mariage précoce et pour l’éducation des enfants et l’égalité entre femmes et hommes
  •  au sujet de la sécurité alimentaire: organisation de réunions de lobbying avec les autorités locales pour prioriser les familles les plus démunies; compilation en langue locale et distribution d’informations sur les programmes gouvernementaux disponibles; organisation de formations (théorie et pratique) pour quelque 100 agriculteurs sur des techniques agricoles modernes (p.ex. système de riziculture intensive – SRI, établissement de banques de graines);
  •  au sujet de la protection de l’environnement: organisation de réunions régulières du réseau des jeunes protecteurs de l’environnement; organisation de formations pour 100 membres de ce réseau; organisation de sessions d’information sur des mesures proactives (plantation d’arbres) et la lutte contre la pollution; organisation de cinq journées de sensibilisation pour la protection de notre planète pour les enfants

 

Qui?

Dans les 50 villages, (population totale 24,938 personnes) les groupes cibles sont sélectionnés parmi les plus pauvres et démunis, principalement des Adivasi, mais aussi en tenant compte de leur influence possible sur les autres membres de leur communauté:

  • Quelques 9,372 enfants de 3 à 18 ans sont touchés, soit éduqués dans une école réglementaire, soit par le biais d’une éducation non-formelle; on veut minimum 2 instituteurs par classe, présents et responsables.
  • 250 mamans organisées en groupements de femmes et commençant des activités génératrices de revenu; 177 filles sont motivées pour achever les études secondaires. Les actions favorisent l’information sur les coutumes tribales, la culture, les traditions, l’agriculture et la nourriture locale.
  • 50 adolescents doivent poursuivre leur éducation professionnelle, et 2,735 enfants parmi les plus âgés, définissent leur besoins professionnels et choisissent la formation adéquate. 100 jeunes qui sont membres de groupes « Eco Savers » reçoivent des formations et entreprennent des actions effectives pour limiter les effets de la pollution.

Budget 2018/2019

Env. 82 110€ dont 16 422€ (part AEIN) en fonds privés à récolter

1€ récolté = 4€ supplémentaires cofinancés par le Ministère des Affaires Etrangères, Direction de la coopération au développement

Durée:

avril 2018 à mars 2021

Partenaires

PECUC et SIKSHASANDHAN

*** Projet réalisé en 2018 avec le support de Monnerech Hëlleft et de la Chorale Ste Cécile Hostert***

Print Friendly, PDF & Email